Accueil

Actualités

Équipe
Partenaires

Thèmes de recherche et
Activités de terrain


Ressources documentaires

Diaporama

Liens utiles

Contacts

Mentions légales

Ateliers et pratiques artisanales en Béotie

Responsable : Violaine Jeammet

Partenaires : C2RMF (A. Bouquillon, Ph. Walter), 9e éphorie (V. Aravantinos, A. Charami), Democritos (N. Zacharias), EfA (institution relais)

Initiée dans le cadre de la préparation de l’exposition « Tanagra. Mythe et Archéologie » (Louvre, Paris 2003, Montréal 2004, cf. bib.), une première étude avait conduit, par l’analyse physico-chimique des argiles et par celle de la polychromie des figurines béotiennes hellénistiques de la collection du musée du Louvre au C2RMF (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France), à l’identification de différents ateliers de coroplathes contemporains et à la mise en valeur de diverses pratiques artisanales. Ces découvertes avaient donné lieu à un colloque international (V. Jeammet (éd.), Tanagras. De l’objet de collection à l’objet archéologique : statut et fonction des Tanagras, Actes du colloque organisé par le musée du Louvre à la bibliothèque nationale de France le 22 novembre 2003 (2007). Le programme souhaite désormais s’ouvrir à une collaboration internationale associant dans un premier temps la Grèce (9e éphorie/ Democritos et convention C2RMF/EfA) pour ensuite logiquement s’élargir au partenaire déjà associé avec la 9e éphorie et le Democritos, à savoir le laboratoire de Vienne (H. Mommsen). Ses objectifs sont de valider par la confrontation avec des pièces issues de contextes archéologiques précis et donc fiables les hypothèses émises précédemment et de constituer une base de données internationale. Elle permettrait ainsi de proposer une carte encore inexistante à ce jour des ateliers de coroplathes actifs dans cette région de la Grèce continentale à l’époque hellénistique, que l’on couplera aux autres projets en cours pour la région micrasiatique (N. Mathieux : Myrina ; I. Hasselin-Rous : Smyrne). L’appel à collaboration internationale devra permettre l’intégration de tout musée européen et extra-européen détenteur de figurines de cette époque (« Tanagras »), et en particulier Bruxelles, Berlin, Munich, Londres, Metropolitan Museum of New-York, etc.

L’identification et la localisation des ateliers ainsi que la meilleure compréhension des étapes de la mise en couleur, qui semblent offrir d’étroits parallèles avec d’autres pratiques artistiques et qui est l’un des axes forts de recherche au musée du Louvre depuis une dizaine d’années, offriront un meilleur panorama de cette importante catégorie artisanale de la Grèce antique. Cette étude devra déboucher sur des tables rondes et une publication. Le projet devrait débuter en 2010.

=> version .pdf