Accueil

Actualités

Équipe
Partenaires

Thèmes de recherche et
Activités de terrain


Ressources documentaires

Diaporama

Liens utiles

Contacts

Mentions légales

Terres cuites votives de Kyrrha (Phocide)

Responsable : Stéphanie Huysecom-Haxhi

Partenaire privilégié : École française d'Athènes

L’un des prochains projets qui sera mis en place et développé au sein de l’équipe d’Halma-Ipel concerne le lot de quelques centaines de fragments de terres cuites provenant du sanctuaire de Kirrha, au lieu actuel dénommé Xeropigado, à l’Est du port d’Itéa, dont les vestiges ont été dégagés dans les années 1930 lors de fouilles entreprises sous l’égide de l’école française d’Athènes. Ce lot, découvert dans une favissa située devant le temple dédié très certainement à la triade apollinienne comprend pour l’essentiel des figurines et des protomés féminines datant de la fin de l’archaïsme et de l’époque sévère.

À côté d’exemplaires manifestement issus des ateliers de Corinthe, de Grèce de l’Est, d’Attique ou encore de Béotie, on compte, surtout parmi les protomés, de nombreuses créations locales, ou régionales, dont les modèles d’inspiration sont à rechercher dans le répertoire des ateliers d’Ionie du Nord, d’Attique et du nord du Péloponnèse. Les ateliers de Phocide apparaissent donc non seulement comme des centres spécialisés dans l’importation et la diffusion de types étrangers qui sont alors reproduits sur place par surmoulage, mais aussi comme des centres créateurs proposant tout un répertoire de types originaux, au style « éclectique », formé d’éléments empruntés à des modèles extérieurs qui ont été repensés et associés à des motifs de tradition locale.

À partir du catalogue exhaustif des types, qu’il s’agira avant tout d’identifier et d’étudier conformément aux méthodes de reconstitution des séries appliquées, parallèlement, sur d’autres ensembles votifs (à Thasos et à Dürrres par exemple), on tentera de caractériser le faciès des ateliers locaux ou régionaux et d’en comprendre le fonctionnement, en mettant en évidence et en analysant les spécificités, à la fois techniques, iconographiques et stylistiques, de leurs productions.

 

Bibliographie disponible
M. Jannoray, « Krisa, Kirrha et la première guerre sacrée », BCH 61 (1937), p. 33-43.
P. Lemerle, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce », BCH 60 (1936), p. 452-489, voir pour Kirrha p. 467.
J.M. Luce, « Les terres cuites de Kirrha », dans J.F. Bommelaer (éd.), Delphes, centenaire de la Grande Fouille réalisée par l'EFA (1892-1903), Actes du Colloque Paul Perdrizet, Strasbourg 6-9 nov. 1991, Université des sciences humaines de Strasbourg n°12 (1992).
F. Croissant, Les protomés féminines archaïques , BEFAR 250 (1983), p. 311-370.

=> version .pdf