Accueil

Actualités

Équipe
Partenaires

Thèmes de recherche et
Activités de terrain


Ressources documentaires

Diaporama

Liens utiles

Contacts

Mentions légales

Frédérique Horn

ATER, Université de Limoges
frhorn14@yahoo.com

Cursus, Diplômes et Activités professionnelles
- 1999-2000 : DEA, Université Strasbourg II, Mention Très Bien. Bourse de recherche de la Casa de Velázquez.
- 2001-2002 : Bourse de recherche de 9 mois du Ministère Espagnol des Affaires Etrangères CSIC, Madrid. Bourses de recherche de la Casa de Velázquez et de l’école Française de Rome. Bourse de l’Instituto di Cultura Italiana (Instituto Michelangelo, Florence).
- 2002-2004 : Membre de la Casa de Velázquez (école des Hautes études Hispaniques, Madrid). Section Histoire Ancienne et Médiévale.
- 2005 : Doctorat en Sciences de l’Antiquité, Les terres cuites de l’espace ibérique (VIIIe – IIe s. av. J.-C.). étude des figurines, vases et décors plastique, sous la direction d’Anne-Marie Adam.Université Strasbourg II. Mention Très Honorable avec Félicitations du jury à l’unanimité. Résumé publié : Mélanges de la Casa de Velázquez, 2006, tome 36-1, pp.339-343.
- 2006-2007 : Programme de Coopération Française du Ministère des Affaires Etrangères (Siem Reap, Cambodge). Enseignement délivré aux archéologues cambodgiens travaillant pour l’Autorité Nationale à Angkor. Mission de création et d’organisation du laboratoire de céramologie pour le site d’Angkor.
- 2007-2009 : Consultante Culturelle, Société Anamnesia. Chef de projet, France et International : élaboration de programmes muséographiques, gestion de projets culturels, rédaction de scénarios d’exposition. Encadrement et suivi de stagiaires pour leur validation de Master.
-  2009-2010 : Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche en Histoire de l'art antique et Archéologie. Université Charles-de-Gaulle, Lille 3.
- 2011-2012 : Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche en Histoire ancienne et Histoire de l'art antique. Université de Limoges.

Missions archéologiques
- 2011 : La Malladeta (Villajoyosa, Alicante, Espagne), Ministère des Affaires Etrangères
Es Cuilleram (Ibiza, Espagne), Université de Séville/Ministère Espagnol de l’Éducation et de la Recherche
- 2007 : La Malladeta (Villajoyosa, Alicante, Espagne), Ministère des Affaires Etrangères
- 2006 : Angkor (Siem Reap, Cambodge), Autorité Nationale APSARA–Inrap–École française d’Extrême-Orient
- 2005 : Longstanton (Cambridgeshire, Angleterre), University of Cambridge
- 2003 : Lattes (Montpellier), CNRS, UMR-5140
Musarna (Viterbe, Italie), Ecole française de Rome
Karnak (Louxor, Egypte), Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak-IFAO
- 2002 : Lattes (Montpellier), CNRS, UMR-5140
Badajoz (Espagne), Consejo Superior de Investigación Científica, Mérida
- 2001 : Guardamar (Alicante, Espagne), Ministère des Affaires Etrangères
- 2000 : Baelo Claudia (Cadix, Espagne), Université de Cadix
« Fossé des Pandours » (Saverne), Université de Strasbourg
- 1999 : Guardamar (Alicante, Espagne), Ministère des Affaires Etrangères
Ampurias (Gérone, Catalogne), Museu d’Arqueologia de Catalunya
- 1998 : « Fossé des Pandours » (Saverne), Université de Strasbourg
- 1997 : Hexenberg (Leutenheim, Bas-Rhin), Université de Strasbourg

Organisation de colloques et de journées d’études
- 2006 : Atelier International Les céramiques d’Angkor. étude et analyse, 4 Juin 2006, Siem Reap (Cambodge). UNESCO / APSARA.
- 2004 : Colloque International Image et religion dans l’Ibérie préromaine. Les brûle- parfums en terre cuite à figure féminine, 25 et 26 mars 2004, Madrid. Casa de Velázquez / Univ. de Séville, avec la collaboration de M.C. Marín Ceballos (Univ. de Séville).

Communications scientifiques (colloques, journées d'études)
- « Terres cuites funéraires, individualités et sociétés. L’exemple du monde ibérique (vie – iie s. av. J.-C.) », Colloque international Figurines en contexte : iconographie et fonction(s), 7-8 décembre 2011, Halma-Ipel–UMR 8164, Université de Lille 3.
- « Les échanges entre les populations phénico-puniques et les Indigènes en Andalousie Occidentale (VIIIe – IIe s. av. J.-C.) », Colloque international Tarshish, Tartessos. Mythe, Histoire archéologie, Avril 2007, Madrid, Casa de Velázquez / Université Complutense de Madrid.
- « The Artefacts Conservation Center ». Atelier International, Les céramiques d’Angkor. Etude et analyse, 4 Juin 2006, Siem Reap (Cambodge). UNESCO / APSARA.
- « L’Atelier punique de Baria (Villaricos, Almeria) ». Colloque international Image et religion dans l’Ibérie préromaine, Mars 2004, Madrid, Casa de Velázquez / Univ. de Séville).
- «  Les terres cuites d’origine orientale de la péninsule Ibérique (VIIIe - VIe s. av. J.-C.) », Congrès international El periodo Orientalisante, Mai 2003, Mérida, CSIC/Institut d’Archéologie de Mérida.

Bibliographie

Ouvrages
- F. Horn, Ibères, Grecs et Puniques en Extrême-Occident. Les terres cuites de l’espace ibérique (vie-iie s. av. J.-C.), Collection de la Bibliothèque de la Casa de Velázquez, Madrid (à paraître, 2er semestre 2011)).

Édition d’ouvrages
- F. Horn (dir.), M.-C. Marín Ceballos (coll.), Image et religion dans l’Ibérie préromaine, Actes du colloque de la Casa de Velázquez, mars 2004 (2007)

Cet ouvrage rassemble l’ensemble des communications présentées à Madrid les 25 et 26 mars 2004 dans le cadre du colloque international « Image et religion dans l’Ibérie préromaine. ». En raison de leur pertinence et avec l’objectif d’enrichir un travail avant tout collectif dont nous avons assuré la cohérence scientifique, d’autres travaux ont été sélectionnés et inclus dans l’ouvrage. Les articles sont accompagnés d’une riche iconographie, d’introductions et conclusions bilingues franco-espagnoles et, enfin, d’une bibliographie générale raisonnée en fin d’ouvrage.

Ouvrages en collaboration
Villajoyosa antique (Alicante, Espagne) : territoire et topographie. Le sanctuaire de la Malladeta, sous la direction de Pierre Rouillard, Collection de la Bibliothèque de la Casa de Velásquez, Madrid, 2011 [rédaction de la partie concernant l’étude des matériels votifs du sanctuaire].
Pebeteros : nuevos datos, sous la direction de M. C. Marín Ceballos, Presses de l’Université de Séville (2011) [rédaction de la partie concernant l’étude des échanges ibéro-sardes au iiie s. av. J.-C.].

Articles
- F. Horn, « Les céramiques préromaines à décor de têtes plastiques en péninsule Ibérique. Leur lien avec le rituel de la tête coupée , Mélanges de la Casa de Velázquez 33/1 (2003), p. 275-314.

Dans ce travail, nous nous intéressons au décor de têtes humaines en relief sur les céramiques du Second Âge du Fer découvertes en péninsule Ibérique ; nous en établissons l’inventaire et tentons une étude stylistique dans le but de différencier les têtes schématiques d’inspiration celte des têtes d’inspiration méditerranéenne. La problématique est d’analyser les relations entre ce motif plastique et les découvertes de crânes humains en contexte non funéraire. Pour ce faire, nous nous arrêtons rapidement sur la pratique de la « tête coupée » dans l’Europe du Second Âge du Fer, puis plus longuement sur les crânes retrouvés en Catalogne et dans différents dépôts votifs. De plus, nous nous interrogeons sur l’existence de la décapitation rituelle chez les Ibères du Sud-Est de l’Espagne. Ces différentes questions  nous permettent de spécifier les liens entre les têtes plastiques sur les céramiques et le rituel de la « tête coupée », et plus généralement les traitements particuliers du crâne humain pratiqués par les Ibères et les Celtibères. En effet, le décor de têtes humaines est dans la majorité des cas lié à des découvertes de crânes réels en contexte domestique ou cultuel. Les deux catégories de vestiges (vases et crânes) sont par ailleurs relativement rares ; la coïncidence de leur association n’est pas le fruit du hasard. Ainsi, la signification donnée à ce décor – qui par sa symbolique est bien plus qu’un simple motif – est polymorphe : exaltation du statut du guerrier, représentation d’ancêtres ou de divinités, ou masques funéraires.

- F. Horn, P. Moret « Le monde ibérique », dans J. Fontaine, M. Navarro Caballero, E. Torregaray Pagola (éds), « Histoire et Archéologie de la péninsule ibérique antique. Chronique VII : 1998-2002 (1ère partie) », REA 107/1 (2005), p. 179-196.
- F. Horn, « Le Visible et l’Invisible. Réflexions sur l’interprétation des plaquettes oculaires métalliques de la péninsule Ibérique préromaine », Archivo Español de Arqueología 78 (2005), p. 97-117.
- F. Horn, « Les terres cuites d’origine orientale de la péninsule Ibérique (VIIIe – VIe s. av. J.-C.) », dans S. Celestino, J. Avila (éds.), El Periodo Orientalisante, Actas del III Simposio Internacional de Arqueología de Mérida : Protohistoria del Mediterráneo Occidental (2005), p. 405-1415.

Les terres cuites d’origine orientale datées entre le VIIIe et le début du VIe s. av. J.-C. restent rares en péninsule Ibérique et proviennent exclusivement de sites archéologiques andalous connus comme « phéniciens » ou « orientalisants ». Néanmoins, ce type de matériel se généralise à partir du VIe s. av. J.-C. non seulement en raison d’une augmentation des importations mais aussi des débuts d’une production phénico-punique locale.
Après l’étude de deux types iconographiques précis, les bétyles et les « plaquettes d’Astarté », puis des quelques exemples de figures anthropomorphes et zoomorphes phéniciennes de la péninsule, nous nous interrogeons sur l’abondance de parallèles chypriotes rencontrés, sur la multiplicité des témoignages concernant le culte d’une déesse de la fertilité ainsi que sur la diffusion de cette iconographie orientale dans la coroplathie péninsulaire.

- F. Horn, « Les brûle-parfums à figure féminine en terre cuite de Baria (Villaricos, Almeria). Caractéristiques de production d’un atelier punique d’Andalousie occidentale », dans M. C. Marín, F. Horn (éds), Image et religion dans l’Ibérie préromaine. Les brûle-parfums en terre cuite à figure féminine, Actes du colloque de la Casa de Velázquez, mars 2004 (2007), p. 257-283.

Les brûle-parfums à figure féminine découverts dans la favissa de Baria (Villaricos, Almeria) forment l’ensemble le plus important de la péninsule Ibérique et l’un des cinq premiers regroupements de ce type de matériel en Méditerranée.
L’étude, inédite et originale, de ces différents brûle-parfums et de leur organisation par séries constituées de deux à trois générations démontre qu’au moins un atelier de coroplathes devait se localiser à Baria. Néanmoins, il est délicat de trancher d’une part sur l’unicité du centre producteur, d’autre part sur la nature de ses activités. Sommes-nous face à plusieurs petits ateliers indépendants ? Ont-ils fonctionné conjointement avec un atelier de potier ? Ou s’agit-il d’un seul atelier spécialisé produisant des séries distinctes ?
Quel que soit son mode de fonctionnement, cet atelier se consacrait à une production d’usage uniquement local, et ne semble pas avoir exporté ses produits. En effet, à l’heure actuelle, aucun des matériels produits à Villaricos n’a été retrouvé ailleurs en péninsule Ibérique. Par contre, des exemplaires de séries très proches ont été rencontrés dans d’autres sites espagnols. Cette similarité démontre qu’un grand nombre des brûle-parfums importés dans les sites ibériques et les brûle-parfums à l’origine des séries de Villaricos présentent une même origine qui, dans la majorité des cas, correspond au monde punique centro-méditerranéen.

- F. Horn, « La religion phénicienne. Des dieux et des cités », Religions et Histoire 17 (2007), p.74-83.
- F. Horn, « Espagne. Les dernières découvertes », dans La Méditerranée des Phéniciens. Les Dossiers d’Archéologie, Hors-série 13 (2007), p. 60-69.
- F. Horn, « Terres cuites de la Basse Epoque à Karnak. Sondages du secteur oriental du Musée de plein air, zone 6 », Cahiers de Karnak 12 (2008),  p. 327-334.

Les sondages réalisés en 2002 dans le secteur oriental du musée de plein air de Karnak (Louxor, Egypte), préventivement à la reconstruction de la chapelle d’Aménophis II, ont permis la mise au jour d’habitations datées de la Basse Epoque (XXVIe dynastie – période perse). Une vingtaine de terres cuites a été découverte lors de ces travaux ; elles appartiennent majoritairement au type couramment appelé des « concubines ». Après une présentation des types iconographiques, nous nous arrêterons sur les contextes  de découverte des terres cuites afin de tenter de mieux cerner les différents usages donnés à ces objets dans l’Égypte de la Basse Époque.

- F. Horn, P. Rouillard et alii, « Recherches archéologiques dans la province d’Alicante : La Malladeta (Villajoyosa) et El Ferriol (Elche) », Mélanges de la Casa de Velázquez 38/1 (2008), p. 341-352.

Le site de La Malladeta (Villa Joyosa, Alicante) est depuis 2005 l’objet d’une mission de fouilles archéologiques du Ministère des Affaires Etrangères. Cet article commun est la présentation des résultats des trois premières campagnes (2005 à 2007). Notre participation concernait l’étude des matériels coroplathiques découverts principalement dans les remblais et les niveaux superficiels.  Les soixante-dix fragments de brûle-parfums à figure féminine répertoriés appartiennent à environ une dizaine d’individus. On notera la très grande variété des types attestés et, en particulier, la prépondérance des productions régionales caractéristiques d’ateliers distants de cinquante kilomètres au maximum. Cette étude des terres cuites nous indique que, à l’époque ibérique, le site abritait probablement un sanctuaire côtier d’une certaine importance, sans doute « supra-territoriale », fréquenté par des populations d’origines diverses

=> version .pdf